Face au réchauffement climatique, Sydney se pare de vert

Elle court sur les façades, grimpe sur les terrasses et les balcons, s’échappe des toits, déferle le long des gratte-ciel, s’insinue dans les commerces et les cafés: la végétation déborde de toutes parts à Sydney. Avec le réchauffement climatique en ligne de mire, la Ville a fait de cet aménagement urbain l’une de ses priorités.

Central Park, dessiné par l'architecte Jean Nouvel
Central Park, dessiné par l’architecte Jean Nouvel

Alors que la moyenne des températures annuelles à Sydney a déjà grimpé de 0,9 degré, la municipalité s’est dotée en 2014 d’une stratégie ambitieuse qui vise à faire de la plus ancienne ville d’Australie un exemple en matière de résilience urbaine d’ici à 2030.

Après une vaste consultation publique, les autorités de la mégapole se sont engagées, entre autres, à réduire de 70% les émissions de dioxyde de carbone (CO2) par rapport à 2006, planter 800 nouveaux arbres chaque année, soutenir les énergies renouvelables, multiplier les espaces verts, développer le réseau cyclable et optimiser la performance énergétique des bâtiments.

Sous la houlette de la maire Clover Moore, le gouvernement de la ville espère que ces mesures prises pour diminuer drastiquement et rapidement les émissions de gaz à effet de serre feront la différence, car Sydney souffre déjà de pics de chaleur urbaine qui pourraient s’accroître sous les effets du réchauffement climatique.

Mme Moore reste néanmoins optimiste. Celle qui détient les clés de la Ville depuis 2004 rêve d’une révolution verte. « Le temps est venu d’agir pour le climat. Nous invitons les autres villes à suivre notre exemple et lutter ensemble contre le dérèglement climatique« , a-t-elle indiqué au quotidien The Guardian.

Prolifération des toitures vertes et murs végétaux

Au centre-ville, l’un des aspects déjà visibles de cette stratégie d’adaptation réside dans la multiplication des murs végétaux et des toitures vertes (green roofs and walls), qui suscitent un engouement certain. En à peine plus d’un an, les façades et toits d’une petite centaine de bâtiments publics ou privés se sont parés d’arbres et de plantes grasses.

Outre le côté esthétique, les avantages sont nombreux: amélioration de la qualité de l’air, réduction des nuisances sonores, atténuation de l’effet d’îlot de chaleur, connexion directe avec la nature, développement de la biodiversité, etc.

Les citadins, souvent sensibles aux questions environnementales, ont eux aussi été invités à verdir leurs quartiers et habitations. Pour ce faire, les autorités locales ont lancé une vaste campagne d’information, publié un guide détaillé à destination des intéressés et organisé des concours relayés par les administrations des différents districts.

McElhone Place, de la jardinière à la forêt tropicale

A quelques kilomètres à peine du centre d’affaires de Sydney, les habitants de ‘McElhone Place‘, une enclave de verdure plusieurs fois récompensée pour ses jardinets en façade, n’ont, eux, pas attendu l’action des autorités pour se lancer. Leurs maisons, construites dans les années 1830, sont couvertes de verdure du seuil au toit.

Si l’objectif poursuivi était avant tout esthétique, il s’intègre aujourd’hui parfaitement à la politique de végétalisation de la Ville.

P1000939

Entamé dans les années 1980, le verdissement de la rue s’est fait progressivement, raconte Claudette Roy, sur The Planthunter.com.au. « On a commencé par poser des jardinières ça et là sur les appuis de fenêtre », explique-t-elle, « mais elles ne restaient jamais longtemps car elles étaient la cible de voleurs ».

Les habitants de McElhone Place n’ont toutefois jamais baissé les bras et opté, au fil des ans, pour des plantes toujours plus imposantes et difficiles à déplacer. Puis…n’ont jamais cessé d’en ajouter, à tel point que leur rue a pris des allures de forêt tropicale.

« La vie ici ne se passe plus derrière des portes closes, mais dans la rue, dans notre jardin commun. Tout le monde s’en occupe comme une extension de sa propre maison« , conclut Joe Wilson, artiste d’une trentaine d’années occupant l’une des maisons voisines à celle de Claudette.

Pour en savoir plus:

Une réflexion sur « Face au réchauffement climatique, Sydney se pare de vert »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s