L’agriculture urbaine au coeur de la nouvelle stratégie alimentaire

De plus en plus de potagers prennent racine en ville. Dans les jardins, sur les toits, les balcons, les rebords de fenêtre ou même dans la rue, les légumes poussent avec des résultats parfois surprenants. Les objectifs sont multiples: nourrir les citadins, retrouver la saveur des aliments, réduire les distances de transport et améliorer les espaces de vie. 

Autrefois considérée comme l’apanage des paysans, l’agriculture séduit aujourd’hui de nombreux citadins désireux de se réapproprier le contenu de leur assiette. Jardinières comestibles, potagers sur les toits, parcelles communautaires, fermes verticales,… Ces nouveaux genres de culture fleurissent dans les grandes villes comme autant de promesses de tomates juteuses, de fraises au goût naturellement sucré ou de parfums enivrants d’herbes aromatiques qui contrastent avec les mêmes produits aux saveurs fades vendus dans les supermarchés.

En marge de l’agriculture industrielle gourmande en énergies fossiles, l’agriculture urbaine, sous ses multiples formes, se présente comme une solution d’avenir pour notre planète. Produire une partie de son alimentation chez soi ou à proximité permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’industrie alimentaire (production, emballages, transports, etc.) et de répondre aux défis démographiques. Car d’ici 2050 la Terre comptera 10 milliards d’habitants; l’agricululture traditionnelle ne pourra probablement plus répondre à la demande alimentaire.

Au coeur de la nouvelle stratégie alimentaire

Si les Etats-Unis, le Canada et certains Etats asiatiques comme Singapour sont à l’avant-garde en la matière avec, entre autres, des projets de fermes verticales high tech, la Belgique avance d’un pas plus timide. En Wallonie et à Bruxelles, ce n’est que récemment que l’agriculture urbaine a été intégrée aux programmes politiques.

Les objectifs sont toutefois fixés. A travers son plan d’actions adopté début 2016 et intitulé Good Food, la Région de Bruxelles-Capitale veut produire 30% de ses fruits et légumes en ville ou en périphérie d’ici 2035, former les acteurs de terrain à l’agriculture durable et réduire le gaspillage alimentaire de 20% d’ici 2020. Au sud du pays, la stratégie wallonne pour le développement durable met l’accent sur la visibilité des produits wallons issus de l’agriculture durable, le soutien à l’innovation (notamment pour réduire les emballages alimentaires jetables) ou encore la diffusion des compétences pour l’installation de potagers.

L’agriculture de proximité et l’auto-production sont ainsi encouragées. Que ce soit sur des friches, espaces verts ou de voirie, toitures, caves ou parkings inoccupés.

Rendre les villes auto-suffisantes?

L’agriculture urbaine ou péri-urbaine est incapable de subvenir à tous les besoins alimentaires d’une ville mais elle s’impose comme un complément. Et dans cette perspective les résultats sont encourageants. « A Singapour, jusqu’à 50% des besoins en légumes sont produits en ville, entre autres grâce à des cultures en étages pour limiter l’espace qu’elles occupent »,  commente le professeur en agriculture urbaine à la faculté Agro-Bio Tech de Gembloux, Haissam Jijakli.

SONY DSC
Potage-Toit, Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles

A Bruxelles, outre la volonté du gouvernement régional de mobiliser 600 ha de terres agricoles pour nourrir partiellement la ville d’ici 2035, « on compte aussi 250 à 350 potagers communautaires créés à l’initiative des citoyens, en plus des potagers individuels« , poursuit le Pr Jijakli. S’il n’y a pas de quoi nourrir l’ensemble de la population, le potentiel existe pour y contribuer.

Par ailleurs, tous les végétaux ne doivent pas nécessairement être cultivés en milieu urbain, qui est surtout avantageux pour les fruits et légumes qui risquent de perdre leur fraîcheur et leurs valeurs nutritives dans le transport.

Un secteur d’avenir

Au-delà d’un certain effet de mode, l’agriculture urbaine devrait encore se développer. Elle s’inscrit dans le renforcement de la résilience des villes face au changement climatique et peut être réalisée à peu près sur toutes les surfaces. L’aménagement du territoire joue ici un rôle crucial, appelant urbanistes et architectes à intégrer au mieux la nouvelle donne au tissu urbain.

Au centre de conseils en agriculture urbaine de Gembloux Agro-Bio Tech, les demandes d’encadrement de projets sont d’ailleurs en hausse. « Nous avons lancé un certificat universitaire en agriculture urbaine et péri-urbaine en février« , indique le Pr Jijakli. C’est une première en Belgique. Il s’agit d’accompagner et de former les institutions publiques, le secteur immobilier, le secteur de la construction et les architectes dans la réalisation de projets intégrant l’agriculture urbaine.

Selon le centre de Gembloux Agro-Bio Tech, cette formation répond à un besoin « essentiel et urgent », à savoir: « préparer les acteurs concernés mais également la population à relever un défi majeur : nourrir les villes sans épuiser les ressources foncières et biochimiques de la planète tout en faisant face aux aléas climatiques grandissants« .

6 réflexions sur « L’agriculture urbaine au coeur de la nouvelle stratégie alimentaire »

    1. Super, c’est le bon moment! Si tu as besoin de quelques conseils, n’hésite pas à revenir bientôt sur le site, le prochain post sera un DIY :-). En attendant, je peux déjà te dire que les épinards, la roquette et la laitue à couper sont très faciles à cultiver dans des pots. Bon amusement ce week-end! 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s